Evolucare Analytics : Analyser le passé, anticiper le futur



Entretien avec Didier Godard, DSI de la Fondation COS Alexandre Glasberg


La Fondation COS Alexandre Glasberg gère, en France, plus de 60 établissements et services qui accueillent des personnes âgées (20 Ehpad), des personnes en situation de handicap, d’exil ou de précarité. Forte de près de 2800 salariés et 1730 bénévoles, elle reçoit environ 15 000 personnes par an.

La Fondation a déployé les solutions informatiques de l’éditeur Evolucare (MedSphere, Osiris, Oxalys, Osipharm) dans 25 de ses établissements des secteurs sanitaire et médicosocial. En y ajoutant la brique de Business Intelligence Evolucare Analytics, elle valorise le patrimoine de données recueillies par les diverses applications et peut apporter des outils d’aide à la décision à tous les métiers. Didier Godard, DSI de la Fondation depuis octobre 2014, décrit la démarche et les premiers usages permis par ce développement.


Quelle est votre vision de la Business Intelligence dans la santé ?


DG : Le secteur de la santé est riche de logiciels métiers qui font bien leur travail. On y saisit d’énormes volumes d’informations. Mais il reste assez pauvre en matière d’extraction de données. Les professionnels attendent maintenant qu’on leur offre des restitutions, des analyses. Les logiciels métiers ne sont pas faits pour cela. C’est pourquoi il est important de développer les outils de BI qui permettent non seulement d’établir tableaux de bord et indicateurs mais qui aident aussi à réaliser des croisements de données.


Qu’est-ce qui vous a conduit à adopter la solution Evolucare Analytics ?


DG : Nous avions fait auparavant l’acquisition de la solution BusinessObjects, mais l’achat de licences auprès de cet éditeur devenait trop onéreux. Entre temps, Evolucare a décidé de développer des outils d’aide à la décision reposant sur les fonctionnalités BI de SQL Server. Sous réserve qu’elle offre les mêmes possibilités que ce que nous connaissions jusque-là, j’étais évidemment très intéressé par l’annonce de cette nouvelle brique. Nous avons commencé par travailler sur les tableaux de bord de l’univers médical ; nous attaquons maintenant le volet administratif et financier.


Quels sont les principaux besoins auxquels répond la plateforme décisionnelle ?


DG : Elle permet d’améliorer la qualité du codage des actes tout en gagnant du temps. Grâce aux tableaux de bord développés dans le contexte de la DMA , les médecins DIM (département de l’information médicale) savent exactement quels dossiers sont mal renseignés et peuvent directement les corriger. Ce qui a un impact positif sur les finances de l’établissement.


La solution décisionnelle est aussi utilisée pour répondre aux enquêtes externes, à l’instar du recueil annuel des indicateurs IQSS, piloté par le service Qualité, et CAQES, conduit par les pharmaciens.

Nous sommes également en train de mettre en place les tableaux de bord de la performance du secteur médico-social, autrement dit « indicateurs Anap » . Ils nécessitent de récupérer des informations dans l’ensemble du système d’information, de la gestion administrative aux Ressources humaines en passant par le dossier médical.


L’utilisation d’Evolucare Analytics est-elle réservée aux experts de la BI ?


DG : Nous devons distinguer deux types d’usages. Dans une configuration « presse bouton », un tableau de bord est tout simplement mis à disposition d’un utilisateur qui n’a plus qu’à sélectionner quelques critères pour l’extraction des données (dates, unité fonctionnelle, etc.).

Les utilisateurs experts en revanche, comme les DIM et les techniciens de l’information médicale (TIM), doivent maitriser au préalable les applications auprès desquelles sont exécutées les requêtes et la connaissance des informations dont on dispose afin de les utiliser de façon judicieuse.




Quelles sont les perspectives de développement ?


DG : Jusqu’à maintenant, on a surtout analysé le passé. Nous souhaitons désormais anticiper le futur. Nous pourrons compter sur les évolutions qu’Evolucare nous a présentées pour les cinq prochaines années. De notre côté, la réflexion est en cours concernant les enjeux à venir.

En outre, nous travaillons déjà en partenariat et nous participons, avec le Dr Arnal, médecin DIM, à l’évolution de l’outil : nous exposons nos besoins spécifiques et l’équipe BI d’Evolucare se montre réactive et efficace en mettant régulièrement de nouveaux tableaux de bord à notre disposition.



      Entretien avec Didier Godard, DSI de la Fondation COS Alexandre Glasberg - DSIH - Octobre 2019